Chili

Salar d’Atacama et les Lagunas Miscanti et Miñiques

Le soleil n’est pas encore levé mais nous sommes déjà dans le minibus qui nous emmène faire notre première excursion au Salar d’Atacama et aux lagunes. Nous avons opté pour les excursions avec une agence car c’était plus économique que de louer une voiture et tous les sites ne sont pas accessibles en vélo. Nous voilà donc dans notre minibus, avec un petit groupe bien sympa (seulement 5 personnes), à l’aube pour rejoindre dans un premier temps le Salar d’Atacama. Nous arrivons au lever du jour quand le Salar se réveille doucement sous la jolie couleur rose des rayons du soleil. Devant nous s’étend une immense dépression saline (environ 320000 ha). Ce sont des croûtes de sel qui se forment à partir du sel issu des eaux souterraines, sous l’effet de la forte chaleur l’eau s’évapore et le sel forme des amas ensuite bétonnés par la poussière. Ce qui donne un paysage aride très particulier aux apparences hostiles et aux reliefs chaotiques. Mais si on avance un peu plus au cœur du salar, on se rend compte qu’il n’est pas si hostile qu’il en a l’air. En effet au cœur de celui-ci se trouve un point d’eau: la laguna Chaxa. La lagune fait partie de la réserve naturelle des flamants. Elle contient la base de l’alimentation des oiseaux, c’est pourquoi on en voit autant sur le site. On peut en admirer 3 espèces: le flamant de James, le flamant du Chili et le flamant andin. On pourrait passer des heures à les admirer et les photographier. La dance et le vol des oiseaux, accompagnés de la couleur de la lagune au lever du soleil rendent le spectacle époustouflant. On prend le petit déjeuner sur place pour profiter encore un peu des lieux, avant de reprendre le bus pour atteindre les lagunes.
Encore 1H de route pour arriver aux lagunes Miscanti et Miñiques, perchées à 4350m d’altitude. On emprunte une piste sinueuse au milieu de la steppe sauvage, puis soudain, aux pieds des volcans, la majestueuse lagune Miscanti fait son apparition. On ne peut que rester sans voix devant la beauté de cette eau bleu lagon, au cœur d’une nature sauvage et intacte. Les rayons du soleil viennent caresser la lagune et font scintiller la belle, comme pour lui offrir un collier de diamants. La steppe jaune qui envahit les alentours donne une sensation de douceur au paysage. On aurait presque envie de caresser les montagnes. On marche lentement et on s’arrête souvent pour ne pas en perdre une miette. On photographie la lagune sous tous les angles pour être sûr de n’avoir rien loupé. Puis on se dirige vers sa petite sœur la laguna Miñiques qui nous réserve une autre surprise. Sur la rive une famille de vicuñas prend son petit-déjeuner, à peine perturbée par notre visite. On se régale encore quelques instants des lieux avant de prendre le chemin du retour.
Avant de revenir à San Pedro nous passons encore dans deux villages. Le premier est un village fantôme: pas un bruit, pas âme qui vive. Au centre une petite église datant du 16e siècle et sur les côtés des plantations de maïs et de quinoa en escaliers. Le deuxième village est un peu plus vivant, avec au centre une église bien sûr, et un peu plus loin, au fond d’une ruelle, une petite mamie et ses 3 lamas qui vend des ponchos et des bonnets. Elle a encore un vieux métier à tisser dans un coin de la cour mais préfère nous montrer comment les ancêtres indiens tricotaient leur ponchos: avec des épines de cactus en guise d’aiguilles à tricoter!
Voilà une journée bien remplie et pleine de beaux souvenirs.

Publié sous: San Pedro d'Atacama Chili

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs sont obligatoires *

*

Vous pouvez utilisez le HTMLbalises et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>